Accéder à mon compteAccéder à mon compte

Flux RSSFlux RSS

Abonnez-vous au flux RSS dés maintenant !


Contactez-nous Contactez-nous

Investissez dans un projet

Définition du capital investissement


On parle de capital investissement pour désigner l’ensemble des opérations concernant la participation au capital de sociétés non cotées. Le jargon financier désigne ces titres de sociétés non cotées sur le marché par le terme de Private equity. Le but de ces opérations, pour l’organisme ou la personne participant au capital, est de réaliser des plus-values sur des périodes que l’on peut qualifier de courtes en termes financier et économique, c’est-à-dire 4 à 10 ans. A terme, pour réaliser cette plus-value, les investisseurs cèdent ou vendent leurs parts de la société.

Les raisons qui poussent une personne ou une entité à faire du capital investissement


Différents types d’organismes et de personnes participent à ces opérations de capital investissement, et cela à différentes échelles, du régional ou national d’une part, mais aussi du millier d’euros ou million d’euros, d’autre part, selon les projets et entreprises.

  • L’intérêt premier pour ces organismes tels que fonds communs et business angels, est de réaliser des plus-values sur de courtes périodes. C’est ainsi espérer pouvoir multiplier son investissement en un minimum de temps, généralement de 4 à 10 ans. Il s’agit donc d’un intérêt financier.
  • Un autre des avantages du capital investissement est d’ordre fiscal. En effet, les business angels en particulier peuvent bénéficier de déductions d’impôts, de l’ordre de 25 % du capital investi dans une PME, avec un maximum de 20 000 euros pour une personne et 40 000 euros pour un couple. Les titres doivent alors être conservés pendant 5 ans. C’est ce que l’on appelle l’avantage Madelin. Les personnes redevables de l’ISF peuvent également réduire leur impôt en investissant dans des PME. Il s’agit ainsi d’investir une partie de son impôt, avec un maximum de 75 %, dans le capital d’une entreprise et ainsi pouvoir faire des plus-values. Cette mesure correspond à la loi TEPA, la loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat qui existe depuis l’été 2007. Les contribuables peuvent également profiter du capital investissement et des réductions d’impôts en investissant une partie de leur capital dans les FCPI et FIP. Ils peuvent alors compter sur une réduction de 25% du montant des sommes investies.
  • Pour nombre de business angels, il s’agit également de partager un savoir-faire, de multiplier les entreprises et de rester un entrepreneur dans tous les sens du terme. On évoquera ici l’idée de partage ou de transmission de compétences qui amène un enrichissement réciproque.

Les différents types de capital Investissement


Il existe différents types de capital investissement qui correspondent à chaque étape de vie d’une entreprise. En voici une liste :

  • Capital amorçage :

    Ce type de capital investissement intervient aux prémices de l’entreprise, lorsqu’il s’agit de passer de l’idée au mot, et par exemple de produire un prototype. La création juridique de l’entreprise doit déjà exister, toutefois l’entreprise n’a pas encore véritablement effectué son lancement.

  • Capital risque :

    Comme son nom l’indique d’une certaine façon, le capital risque correspond aux opérations en fonds propres à destination des jeunes entreprises. Il s’agit alors d’intégrer le capital de l’entreprise en phase de lancement.

  • Capital développement :

    On parle de capital développement lorsqu’une entité intègre le capital d’une entreprise déjà lancée, afin de lui permettre de passer à une nouvelle phase de son développement.

  • Capital transmission :

    Le capital transmission intervient, non pas en fin de vie d’une entreprise, mais au moment de sa cession, dans l’optique d’un nouveau développement. Il existe différentes sous-catégories concernant le capital transmission, le LBO ou Leverage Buy Out et le LMBO ou Leverage Management Buy Out dont voici les définitions. Le LBO consiste à racheter une société par le biais de l’endettement bancaire. Cet endettement permet de mettre en place un effet de levier pour faciliter l’acquisition et la défiscalisation de la société. Le LMBO suit le même principe, sauf que les banques et investisseurs financent particulièrement l’équipe de management de l’entreprise pour qu’elle puisse acquérir la société qui l’emploie.

  • Le capital retournement :

    Les entités de capital investissement intervenant dans le cadre de capital retournement agissent auprès d’entreprises en difficultés financières qu’elles soient ou non dans le cadre d’une procédure judiciaire. Elles apportent des moyens humains et des capitaux pour redresser ces entreprises.

ActualitésActualités

Le guide de la recherche d'investisseur(s)
02 avril 2013

Nous vous proposons notre nouveau guide dédié à la recherche....

Lire la suite

Projets ncessitant des capitauxProjets ncessitant des capitaux

Madagascar

Je suis à la recherche d'investisseur, car je reviens d'un ...
Lire la suite


Capital investisseurs en recherche de projetsCapital investisseurs en recherche de projets